Evénements

Evénements > Serrières se raconte

Serrières se raconte

JPEG - 46.9 ko

Jean-Luc Ortéga, Serrièrois de cœur, a toujours gardé un pied dans le village de son enfance. Il vient de publier un ouvrage intitulé " Serrières au XXème siècle. Ce livre est le fruit d’une réflexion qui s’est tout d’abord concrétisé par réalisation d’un diaporama élaboré à partir de photos retraçant la vie de Serrières. Suite à divers échanges, s’est alors imposée la possibilité d’entamer un travail de recherche de documents et de témoignages en vue de perpétuer l’histoire du village. Restait à constituer un groupe de travail, en collaboration avec la mairie, auquel ont participé, entre autre, Me Louis Boissonnet, la mémoire vivante de Serrières et Ingrid Pouder, chargée de la mise en valeur du patrimoine de la commune.

Un riche passé historique

Rien n’est oublié : le Rhône, la guerre, la vie culturelle et associative…le bac à traille, Louise Marthouret, gardienne du musée, qui passionna tant de visiteurs par ses commentaires, et qui sut entretenir toute sa vie une certaine légende de la batellerie. Un ouvrage de 342 pages de découvertes pour beaucoup, de souvenirs pour certains. Des pages qui révèlent la sensibilité des Serrièrois attachés à leur terre par un riche passé historique. « Serrières au XXème siècle » est en vente à la maison de la presse de Serrières et au bureau de tabac de Sablons. A noter qu’une séance de vente dédicace aura lieu le 6 janvier, lors de la cérémonie des vœux de la municipalité.

Édition Le Livre d’histoire « Serrières depuis le XXe siècle. » Format : 14 x 20. 342 pages


LES PONTS DE SERRIÈRES

L’histoire du pont de Serrières-Sablons de 1828 à nos jours : au début du 19 ème siècle, pour traverser le Rhône, de Lyon à Pont Saint Esprit, il n’y avait pas d’autre solution qu’emprunter la barque ou la traille.

Les frères Seguin ont eu l’idée de modifier un brevet anglo-américain, et de construire des ponts suspendus à des fils de fer tressés.

Là démarre l’histoire des ponts Seguin, et de celui de Serrières-Sablons.

L’usure du temps et la stratégie de guerre ont causé des dégâts à cet ouvrage d’art qui a permis de nouer des liens affectifs et économiques entre Vivarais et Dauphiné, Isère et Ardèche, Serrières et Sablons.